Subscribe to Our Mailing List

Be the first to know about upcoming events!!

Pictures by AR Pictures 

‚Äč

Copyright © Life/Art Dance Ensemble 2019

Lecture Notes

English Translation

My name is Dr. Amy Romanowski.  I am neither a specialist in historical linguistics, or an English teacher, but rather, a proud teacher of the beautiful French language at Westminster High School.  I am with you tonight to share the same message that I share with my students: French is not a foreign language for English speakers.  French is our language, our family, an ancestor of the complicated, diverse, and ever-evolving English of 2018.  French is, in a certain context, more than a language; it is also a historical event that changed the evolution of what we now recognize as the English language.  It is true that English was influenced by many factors, but the infusion of French into English has proven to be among the most critical. And if the mother of English is French, it was not a peaceful and beautiful birth.  Her French roots are violent, sometimes troubling, often saturated with jealousy, and sometimes even with greed.  As far as her French ancestry goes, English was born of a mother ravaged by the desire for absolute power.  The intention of my presentation this evening is to trace the contours of her brutal origins.

           

 

When you think about France, above all about the history of France, you might think about the soft poetry of the 19thcentury; or maybe about the bells and the stunning vaulted ceilings of Notre Dame cathedral; or about the bloody revolution that brought us the guillotine, the decline of the monarchy, and the legends of Marie Antoinette; or maybe about the storming of the D-Day Beaches; possibly even Proust and his famous madeleines.  You probably do not imagine the brutality of the Vikings.  But in fact, these men from the north came to the French region currently known as Normandy during the 9thcentury.  With their stereotypical vigor, these brave Scandinavians quickly adapted to the French customs of the time.  They adapted to Christianity, they used and improved upon the legal system, and they quickly learned to speak the French.  Their French, while fluent, was infused by their energy and their Scandinavian accent.  Their usage of French was imprinted with their strong personalities and accents.  

            

In 1027 or 1028, the Duke of Normandy, Robert the Magnificent, descendant of Danish King Rollo, welcomed, with his frillaArlette, a son called William the Bastard.  It's true-Robert and Arlette were never married to each other- but, according to the Danish traditions of the time, William was completely able to succeed to his father's powerful position upon the death of Robert, and William did so at the vulnerable age of 8.  In January of 1066, Edward the Confessor, king of England and second cousin of William, died.  The Saxon son of a close friend to the king, Harold, was named successor.  William, the aggressive, stubborn, and violent man that he was, quickly laid his own claim to the throne.  He understood that he would not achieve this goal without force, and at the end of September 1066, William the Bastard crossed the English Channel with more than 700 ships and about 10,000 soldiers.  The Battle of Hastings started October 14 at 9:00 am; the English were massacred, including King Harold himself, who probably died as a result of an arrow fired directly into his eye.  As the English did not immediately accept their defeat at William's hands, he burned and pillaged the entirety of the Southeast of England in order to reinforce his victory.  The English thrown was brutally taken by the Duke of Normandy, and on Christmas Day, 1066, William-no longer the Bastard, but now, the Conqueror-was finally crowned. 

            

But the violence continued.  Many English nobility were killed on the field of battle, and over the course of the next four years, William the Conqueror profited politically from their deaths by replacing Saxon nobility with Norman French nobility. He continued to prove his authority through violence, ultimately eliminating nearly the entirety of Saxon nobility through executions; by 1072, the was but one remaining Saxon earl in England, and he would also be executed within the next several years.  William's violence was ruthless.

            

 

It is within this troubled period that the English language, as it was spoken until then, begins to die, and that the English that we recognize now is born. Because of the fat that the Saxon nobility was massacred in one manner or another, and replaced by Norman French nobility, English became the uncultivated tongue of the common man, while French was quickly becoming the intellectual and political language of the court.  French began to influence the English of the time in many ways, but you would recognize its impact most clearly through considering our vocabulary, in which our most sophisticated vocabulary has Norman French roots: "lunar," in place of "of the moon"; "solar," instead of "of the sun"; "petty" in place of "small"; "genuflect" rather than "kneel"; "beef," "veal," and "mutton" in place of "cow, calf, and sheep meat."  French gave a smoothness to English, even if English were born of blood, iron, and the smoke of burned villages.  Our Anglophone roots are at once refined, polished, delicately jagged, barbed, and beautiful.  

            

Je m'appelle la Docteur Amy Romanowski.  Je ne suis ni spécialiste des linguistiques historiques, ni prof d'anglais, mais professeur de la belle langue française à Westminster High School.  Sije suis là ce soir, avec vous, c’est pour partager le même message que je partage avec mes étudiants: le français n'est pasune langue étrangère pour nous en tant qu'anglophones. Le français est notre langue, notre famille, un ancêtre de notre anglais compliqué, varié, et contemporain.  Le français est, dans un certain contexte, plus qu’une langue, c’est aussi un évènement historique qui a changé l'évolution de ce que l'on reconnaît comme "la langue anglaise."  Il est vrai que la langue anglaise a été influencée par plusieurs facteurs,l'infusion du français est un des plus critiques.  Et si la mère de l'anglais était le français, ce n’était pas un bel accouchement tranquille. Ses racines françaises sont violentes, parfois troublantes, souventsaturées de jalousie, et parfois même d’avidité et de fierté.  En ce qui concerne ces ancêtres français, la langue anglaise est née d’une mère ravagée par un désire d'un pouvoir absolu. Mon exposé ce soir est destiné à dessiner les contours de cette provenance féroce.  

            

Quand vous pensez à la France, surtout à l’histoire de la France, vous pensez peut-être à la poésie douce et mélodieuse du 19esiècle ; ou peut-être aux voûtes et clochesde la cathédraleNotre Dame ; ou à la révolution sanglante qui nous a fait découvrir la guillotine, à la chute de la monarchie, et aux légendes de Marie Antoinette ; au débarquement allié en Normandie, par hasard ; possiblement à la madeleine proustienne.  Vous n’imagineriez pas la force brutale des Vikings.  Et pourtant, ces hommes du nord sont venus dela région françaiseactuellement connue comme la Normandie durantle 9esiècle.  Avec leur vigueur stéréotypée, les scandinaves courageux se sont rapidement adaptés aux coutumes françaises de l’époque.  Ils se sont convertis au christianisme, ils ont utilisé et amélioré le système légal, et ils ont vite appris à parler le français de l’époque. Leur français, pendant qu’il était courant, était infusé de leur énergie et leur accent scandinave.Evidemment leur utilisation du français était empreinte de leur énergie mais aussi d’un fort accent scandinave.

           

En 1027 ou 1028, le Duc de Normandie, Robert le Magnifique, descendant du roi danois Rollon, a accueilli, avec sa frilla Arlette, un fils nommé Guillaume le Bâtard.  C’est vrai—Robert et Arlette ne s’étaient jamais marié—mais, depuis les traditions danoises de l’époque, Guillaume était tout à fait capable de succéder à la position puissante de son père dès la mort de celui-ci, même à l’âge vulnérable et précoce de huit ans.  En janvier 1066, Édouard le Confesseur, roi d’Angleterre et cousin germain de Guillaume, est mort.  Le fils saxon d’un comte proche au roi, Harold, était nommé successeur, et Guillaume, homme agressif, violent, et obstiné, a tout de suite mis audéfi la légitimité de cette succession. Il a bien compris qu’il n’allait pas accomplir son but sans force, et à la fin du mois de septembre 1066, Guillaume le Bâtard a traversé la Manche avec plus de 700 navires et environ 10,000 soldats.  La Bataille de Hastings commençale 14 octobre à 9h00 du matin ; les anglais furentmassacrés, notamment le roi Harold, qui est probablement mort à cause d’une flèche tirée dans l’œil. Commeles anglais n’ont pas immédiatement accepté la défaite contreGuillaume, ce dernier a brûlé etpillé tout lesud-est de l’Angleterre.   Le trône Anglaisétait pris brutalement par le Duc de Normandie, et le 25 décembre, 1066, Guillaume, maintenant renomméGuillaume le Conquérant, était finalement couronné.  

            

Mais la violence continuait.  Beaucoup de nobles anglais furenttués sur le champ de bataille, et au cours desquatre années suivantes, Guillaume en profita pour remplacer la noblesse Saxonne par une noblesse Normande. En continuant de prouver son autorité, il a presque éliminé toute la noblesse saxonne par des exécutions, et en 1072, il n’y avait qu’un comte saxon en Angleterre, qui lui aussi sera exécuté 4 ans plus tard.  La sévérité violente de Guillaume était tout à fait impitoyable.  

          

C’est dans cette période trouble que l’anglais comme il était parlé jusqu’ici meurt, et que l’anglais que l’on connaît aujourd’hui est né.  À cause du fait que la noblesse saxonne fût massacrée, d’une manière ou d’une autre, et remplacée parla noblesse normande, l’anglais est devenu la langue incultivée du peuple pendant que le français devenaitla langue intellectuelle et politique de la cour. Le français a commencé à influencer l’anglais de l’époque deplusieurs manières, mais vous le reconnaîtriez plus facilement dans le vocabulaire, qui reste aujourd'hui le plus sophistiqué : « lunar » au lieu de « of the moon, » « solar » au lieu de « of the sun. » « petit » au lieu de « small, » « genuflect » au lieu de « kneel, » « beef , » « veal, » et « mutton, » au lieu de « cow, calf, and sheep meat. »  Le français a donné une suavité à l’anglais, même si l’anglais est né du sang, de l’acier, et de la fumée des villages brûlés.  Nos racines anglophones sont à la fois raffinées, soignées, délicatement dentelées, barbelées et infinimentbelles.  

French Version

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon